Impression 3D : gadget ou réelle révolution ? | Scilabus & Passé Sauvage | Le Vortex #11


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Post navigation

100 thoughts on “Impression 3D : gadget ou réelle révolution ? | Scilabus & Passé Sauvage | Le Vortex #11

  1. Petite remarque/question: les imprimantes 3D ça impriment toujours que du plastique, c'est pas très écolo et on va "bientôt" arrêter de faire des objets en plastique. Du coup c'est pas une technologie destinée à disparaître ?

  2. La Terre, par exemple, fait chaque année une révolution autour du Soleil, ce qui n'implique ni changement brusque ni avancée technologique. Ceci dit, je vous aime tous(tes) quand même !

  3. Un cale porte par enlèvement de matière avec une fraiseuse peut se réaliser en 5 fois moins de temps avec du matériel plus noble et les déchets issus de l'enlèvement de matière sont recyclable à l'infini… L'économie n'est pas forcément de faire tourner une machine des heures et des heures pour générer moins de retrait de matière…. Ça deviendra prochainement très bien l'impression 3D, mais actuellement c'est très… Gadget….

  4. Franchement? Ça fait étonnement du bien un peu d'optimisme scientifique, de temps en temps X3 !
    J'ai eu la banane durant toute la vidéo!

  5. Il ne reste qu'a espérer que l'impression 3d demeure confidentielle au niveau Grand Public, sinon on va faire face à une fabrique de déchets plastiques non reyclables monumentale.

  6. Pour ma part, c'est le faite que les gens en ont chez eux qui me pose problème. La plupart du temps elles passent 99.9% de leurs vies inactives…

  7. Économe en matière contrairement à toutes les autres techniques ? Et ça c'est pas trop mal économe comme technique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Moulage_par_injection
    C'est utilisé pour les grandes séries il est vrai 😉

  8. C'est dommage, ça ne parle pas de là où l'impression 3D est une réelle révolution à savoir l'industrie :
    En effet, cela permet de fabriquer en une seule fois des objets autrefois composés de dizaines de pièces différentes?

  9. J'ai franchi le pas aussi ^^' Pour encore moins de perte, il y a les supports en forme d'arbres, et le remplissage qui peut aller jusqu'au mode vase, car oui la matière à imprimer coûte beaucoup plus chère au poids qu'un bout de bois (et il n'y a pas forcement beaucoup de pertes dans les assemblages de pièces de bois découpées)… Dommage de ne pas avoir parlé des différents matériaux, biodégradables, se dissolvant dans certains produits (utilisable pour faire des supports difficiles d’accès pour leur suppression), ou encore souples, voir du nombre de buses par imprimantes ou les mélanges possibles dans une même buse augmentant le nombre de matières/applications.

  10. Intéressant ! Mais pour l’aspect écolo de l’imprimante 3D, je reste dubitative… parce que j’ai l’impression qu’en avoir une chez soi c’est surtout imprimer des tas de trucs en plastique dont on se serait passé si on avait pas l’imprimante (en tout cas c’est ce que j’ai constaté autour de moi). Est-ce que ça encourage pas à produire des petits objets en plastiques plutôt que dans d’autres matériaux plus durables ? Existe-t-il du plastique pour imprimante 3D recyclable après utilisation ?

  11. Par contre je comprends pas trop l’argument « écologique » là ….^^ ok y’a moins de déchets, mais en terme d’énergie il en faut tellement plus ! entre l’ordi pour la conception et la machine en elle-même ! C’est pas comparable avec un humain qui utilise un cutter. La conso d’énergie est aussi bien à prendre en compte que les déchets. Et là c’est perdant.
    Après ça retire pas tous les autres avantages bien sûr !

  12. YOUTUBE: je démonétise car téton.
    LE VORTEX: Mais c'est la liberté guidant le p…
    YOUTUBE: et y'a plus rien

  13. Trop bien ! Troptroptroptropbien !!!!
    Et que ça fait du bieng d'entendre quelqu'ung qui parle avec un acceng normal, putaing !!! Vive le Sud ! ;-*

  14. Un petit clin d'œil à l associations E-Nable qui permettent de faire les prothèses de main que on voit dans la vidéo ! Si vous avez une imprimante 3d vous pouvez vous inscrire sur leur site pour en imprimer pour les personnes près de chez vous.

  15. un peu bizarre de rester autant de temps sur les déchets sans mentionner le matériau…
    indépendamment des quantités de déchets à la production, il reste le déchet une fois que l'objet est cassé et je préfère recycler un tabouret en bois qu'en polymère

  16. Après si le matériaux de base de la majorité était 100% recyclable ou totalement biodégradable, sa ferait que mêmes les "déchets" après une impression ne serait pas un problème. Le plastique étant souvent mal recyclé (en pourcentage je veux dire) et très peu biodégradable.

    Il existe déjà des alternatives sur le marché au plastique, bien que semblant avoir du mal à décollé pour le moment : http://www.primante3d.com/filament-green-tec-20160316/ (Pardonnez la mise du lien).

  17. Je ne suis pas certain que le coté "gestion des déchêts" soit un avantage de l'impression 3D. Surtout quand on parle d'une FDM de bureau.
    Si on compare ça à des pièces plastiques faites en thermoformage sous vide ou injectées, on doit être vraiment pas loin. Idem pour la fonderie (qui recycle ses artifices) et la forge. Et l'imprimante 3D consomme en électricité (ordre de grandeur: 200w pour une imprimante FDM avec plateau chauffant)ce qu'elle ne dépense pas en déchet, sans compter l'énergie grise du filament. Donc bof. Et si on regarde le taux de déchet d'une imprimante SLS ou SLA/clip, il y a de quoi verser une larme.

  18. Ecolo faut pas non plus totalement abuser… ça reste de la matière plastique, et comme vous le dites dans la vidéo : il y a des déchets à l'impression (même si moins qu'avec la technique où on enlève de la matière), il y a les ratés (erreurs de dimension) et il y a les modifications ultérieures (pour les prothèses par exemple sur un enfant en croissance… que faire de l'ancienne prothèse qui a été faite sur mesure?)…
    C'est pas hyper écolo quand même

    Sinon bonne vidéo comme toujours 🙂

  19. J'ai rien appris 🙁
    Au sujet des matériaux, faire un moule à partir d'un modèle imprimé en 3D c'est pas mal. Mais le PLA c'est vraiment dégueu et pas précis et la résine c'est vraiment cher…
    Faut pas être trop en avance sur son temps, perso je pense que ces machines de premières géneration sont décevantes sauf pour quelques usages très très particuliers…

  20. euh ton ultimaker a 3000 euros elle fait pas des ponts ??!! tu peu largement faire ton tabouret sans support j'ai une delta reprap et une cr 10s bien calibré ça sort plutôt bien si tu veux économiser de la matière

  21. Je sors au pub avec des amis, on s'enquille, on part comme à notre habitude en débat scientifique/philosophique/technique, on parle d'imprimante 3D et vous sortez une vidéo deux jours plus tard! Belle coïncidence.

    Mais du coup j'ai une question! Tu parles d'écologie mais tu ne parles pas de la matière première utilisé pour imprimer. Et les impressions sont faites majoritairement en plastique non? Ça a quand même tendance à niquer toute économies faites sur les déchets.

    (Et je ne parle même pas des ressources nécessaires pour construire l'imprimante, mais ça mériterait un épisode entier sur les low-tech)

    Sinon au top, comme d'habitude, continuez comme ça! 🙂

  22. Le "tabouret par enlèvement de matière"… mais c'est quoi ce parallèle absurde ?
    Pourquoi citer cette "possibilité" qui n'en est pas une ? Est-ce uniquement pour trouver un avantage (qui n'existe pas) à l'impression 3D ? En réalité, la fabrication normale d'un tabouret ne sera-t-elle pas beaucoup plus économe en matière que l'impression 3D montrée (avec tous ces supports à retirer) ?

  23. Le soucis c'est le plastique. Pour imprimer des prothèses ok, car le gain est évident mais pour des objets de consommation courante, c'est encore consommer du plastique dont on ne sait quoi en faire. Il faut produire moins de déchets et si on a besoin d'un tabouret, le bois est la meilleur solution. Il faut réserver l'usage du plastique pour des fonctions essentielles et non à des futilités d'objets de consommation courante.

  24. Lol ! On apprend quoi dans cette vidéo ? Et ben pas grand chose d'extraordinaire.
    Je suis honnêtement déçu. Même pas 7mn où on reprend des connaissances déjà répandues et où il n'y a que l'ombre d'une once de débat.
    La suite dans la partie 2 ? Mais bien sûr ! Et pourquoi pas découper en 10 parties de 1mn 40 ?!
    Au moins ça va "fidéliser" le spectateur ! Moi qui trouvais génial cette chaîne j'ai l'impression qu'ils passent aux méthodes de la grande distribution pour inciter à la consommation.
    Bref, quand un contenu à l'apparence instructif et constructif reviendra faites moi signe !

  25. Tout ça semble assez hors sujet.
    C'est pas pour le plaisir d'être méchant…
    L'argument écolo est vraiment léger! Voir foireux.
    La fabrication "par enlèvement de matière" (usiné dans la masse quoi) ça n'existe quasiment pas…
    Les objets son faits dans des moules, avec très très peut de perte aussi, et notamment pas de d'éléments de supports.
    Donc non, pas de gain à ce niveau là.

    Et que dire du type de plastique utilisé… A t'ont vérifié qu'il n'est pas plus polluant que d'autres plastiques disponibles en moulage par injection ?

    On gagne sur le transport de produits, et uniquement dans le cas de l'impression d'une pièce de rechange.
    Mais avant que cela compense la fabrication et le transport de l'imprimante en elle même, avec toute la technologie et les terres rares qu'elle contient, il vas falloir sacrément la faire tourner!
    Ce serai intéressant de calculer si cela est seulement possible à rentabiliser dans la durée de vie de la machine…

    La technique de fabrication comporte pas mal de contraintes qui jouent directement sur la qualité de l'objet fini :
    Choix limité du type de plastique déjà.
    Et assemblage par couches successives avec forcément des défauts de solidité et de régularité.
    Si on parle d'impression 3 D de métal, ça commence à se faire, on ajoute des contraintes de tensions internes duent au refroidissement de la pièce. Contraintes bien plus importantes qu'avec une pièce moulée ou emboutie.

    Alors que les contraintes qu'on évite: problèmes de formes notamment, sont contournables par des solutions d'assemblage de pièces…

    Enfin vraiment difficile de trouver un gain sauf pour des pièces de rechanges fabriqués sur place en milieu difficile d'accès (mais quand même avec une alimentation en courant et une pièce tempéré et propre… Ça limite aussi pas mal les endroits!)
    Ou pour de toutes petites séries.

    Sauf que pour ça il existe depuis longtemps des fraises à commande numérique qui peuvent usiner dans la masse. Et la perte de matière sur une pièce unique c'est pas très grave.
    Largement compensé par la moindre technologie mise en oeuvre (pensez au bilan carbone global), l'absence de faiblesses de la pièce produites, et le choix bien plus marge de matériaux utilisables :
    De très nombreux plastiques, du métal, du plâtres, de la pierre, du bois, etc….

  26. L'imprimante 3D est géniale également s'il elle se couple avec les machines développées par "Precious Plastic" (Je vous laisse chercher sur Youtube). On peut imaginer à l'avenir que chacun pourrait avoir une imprimante 3D associée à ces mécanismes de recyclage du plastique 🗑️

  27. Des technologies de plus en plus performantes pénètrent nos foyers. Le transhumanisme, autrefois ordre de la fiction, semble se rapprocher de plus en plus de nous. Est-ce vraiment une bonne chose ?

    Le live de la semaine prochaine sera un peu spécial. Nous parlerons de technologie et d’éthique. Notre futur sera-t-il peuplé de cyborgs et d’appareils toujours plus sophistiqués ou allons-nous revenir sur des bases plus terre à terre et naturelles ?
    À vos avis et questions.

  28. Après réflexions et la lecture de certain commentaire je trouve la vidéo manquant de point de vue. Ou de réflexion. J'apprécie énormément Scilabus mais sur cette vidéo c'est pas top !
    Ce n'est pas une "révolution" du tout (on a bien compris que vous avez du mal et définir l'imprimante 3D de révolution XD). Le seul avantage d'une imprimante 3D c'est "d'imprimer" pas mal d'objet MAIS sans contrainte (force, pression, chaleur, etc …) car sinon l'objet se casse.
    Le cale porte est l'exemple type, très peu de contrainte (une gomme ferai l'affaire pour coincé une porte ça serait tout aussi efficace) cependant on peut faire un cale porte totalement originale et les Créatifs ou bricoleurs seront émerveillés de leurs propres réalisations.
    Bref oui, des armes oui des prothèses mais ça concerne peu de gens. Après je dis ça j'ai l'intention d'en acheter une ^^
    biz
    ceux qui m'ont lu vous avez pas de vie XD parce que je parle pour rien dire
    Et mangez des crêpes !! c'est bon ça détend c'est pas chère écologique ça guérit du cancer et c'est aphrodisiaque. (d'après une légende bretonne)

  29. Je pense que vous avez oublier le plus important. L’imprimante 3D c'est la réalisations d'un prototype sans mobiliser des ouvriers former pour utiliser de machines outils Avec un temps et un coût faramineux du prototype. Aujourd’hui une seul personne qui a un peu d'imagination peux a lui seul réaliser un prototype a coût réduit affin d’industrialiser un produit. L'imprimante 3D c'est un peu comme dans le cinéma, l'arrivée de camera a faible coût et l'épanouissement de cinéastes qui n' auraient jamais vu le jours sans une camera a faible coût.

  30. L'optimisation des matières est réelle mais la sursimplification dans la video est abusive car oui pour faire le tabouret en 1 morceaux c'est vrai, mais si je le fais en 5 ou 9 et que je colle les différentes parties ou met de petites vis il y a peu de gaspillage (toujours plus sûrement que l'imprimante 3D quand on l'utilise bien mais l'écart est moins grand)

  31. Question débile vu que j'ai pas d'imprimante 3D, mais c'est pas possible de gérer les déchets que crée l'imprimante 3D en les réutilisant ? Je veux dire ils sont fait du même plastique.

  32. Oui, mais quid de la fin de vie de l'objet ? On peut recycler, oui, on peut refondre le plastique, mais cela coûte de l'énergie et aujourd'hui, on ne sait pas du tout recycler sans ajouter une grosse majorité de matière vierge. Idéalement, il faudrait pouvoir démonter l'objet. La chaise métal/bois peut être démontée et certaines pièces réutilisées, ce qui ne coûte rien du tout en énergie. (mais seulement transport, stockage et initiative) L'impression 3d est super intéressante et pertinente dans la partie immergée de l'iceberg, mais je pose sérieusement la question du matériau qui est utilisé.
    A part ça, je suis heureuse de suivre tes vidéos rigoureuses et sur des sujets divers ! Bravo Scilabus !

  33. Désolé de paraître tatillon, mais des modèles imprimante 3D sont disponibles à partir de 200 de 150 € exemple creality Ender 3 ou encore cr-10 Anet A8…. et pour les supports étant donné que les polymère sont thermosensibles ils peuvent t'être fondue pour refaire du filament et être réutilisées, j'imagine que tu as imprimé en PLA plastique agréé l'Union européenne pour être en contact avec de la nourriture niveau toxicite c'est OK

  34. Ben, je ne suis pas d'accord avec l'argument de la matière par accumulation des machines 3D plus écolo/économe en matériaux que les autres moyens de production.
    En premier me vient tout les métaux qui sont moulé. En second me vient tout les produits en terre cuite, généralement en céramique qui ont diverses méthodes d'élaboration dont le moulage encore une fois. Et les produits en matériaux recyclés, formé dans les cas auxquelles je pense de petits morceaux agglutinés, tel que le bois agglo. Me vient aussi tous les produits issus du pétrole… Etc.

    De toute manière une chaise est rarement conçu d'une seul pièce. Mais généralement d'un ensemble de pièces réduites assemblées. Par ce que c'est plus facile, plus rapide et en effet moins gourmand en matière.Car l'humain n'a pas attendu l'électricité pour optimiser ses méthodes de production.

    Ce qui en fait un argument de vente peu recevable, alors qu'il occupe une part majeur de cette vidéo.
    De plus, même s'il rend possible et accessible certains objets, j'ai peur de paraître bien chiant – disons plus que d'habitude – en demandant quelles sont les matériaux de base utilisés (du plastique issu du pétrole certainement ; pas le produit le plus renouvelables/écolo/ce que tu veux de la planète), comment sont ils produits, où et par qui (parce que les produits sous traité à des enfants bangladais, on connaît).
    Bref.
    Sans vouloir jeter de vitriol ni attaquer les producteurs et acteurs de cette vidéo, et donc dans l'espoir d'être constructif, je concluerais en critiquant la courte durée de cet épisode trop partisan d'un type de produit pour être intéressant.
    J'aime beaucoup le projet et n'ai rien contre les machines 3D, mais l'épisode ma semblé quelque peu vide.

    Je vous souhaite tout plein de courage pour la suite.

  35. Justifier une invention en invoquant la médecine pour les pauvres enfants malades, et la sauvegarde de la planète…
    Eculé comme argumentaire, non?

    Et très mal justifiés en plus.

  36. Heureusement que les tabourets en bois ne sont pas taillés brutes dans le bois mais plutôt issus d'un tronc débité en pièces de tailles différentes, avec usages différents (étagères, tables , pied de tabouret, assises etc) avec peu de chutes utilisables pour chauffer ou faire une litière pour toilettes sèches.
    Chouette vidéo mais cet exemple me semble pas très adapté.

  37. Sans parler de la fabrication additive en industrie qui permet de faire les formes complexes en une seule pièce et donc limiter le poids de la visserie. Très utilisé sur les fusée récentes type Flacon 9 et bientôt sur Ariane 6 !

  38. Dommage que tu n'ai pas parlé de son utilité sans la médecine, notamment au niveau de la chirurgie.

  39. La solidité également , quand une force est appliqué perpendiculairement au couches de plastique ça casse tellement facilement…

  40. Quel plaisir de voir la notification d’une nouvelle vidéo du vortex…
    L’école ne m’avait pas enseigné que apprentissage pouvait être fun et aussi prenant ^^

  41. Alors perso, *heureusement* que l'imprimante 3D ne s'est pas assez démocratisée pour arriver chez moi. J'ai un soucis, je fais pas mal de modélisation en 3D, et je crée/imagine tout plein de trucs. Et avec quelques retouches, pas mal de mes modèles seraient adaptables pour être imprimés… Alors je risquerais de me retrouver avec des trucs imprimés de partout dans la maison : des figurines, des jeux de construction, des pions pour des jeux de société, etc (et des sextoys aussi, merci Léo pour l'idée)… Et il me faudrait environ 4 entrepôts pour tout stocker 😀
    Et tout plein de thunes pour financer la matière première :3

  42. Et encore les prix donnés rapidement ici en exemple sont déjà pour des imprimantes "de marque". Je possède depuis quelques semaines une deuxième imprimante 3D payée 135€ qui donne des pièces comparables voir meilleurs (notamment grâce à la personnalisation totale des réglages) avec du PLA à 20€/kg qu'une Stratasys à 10k€ avec du PLA à 200€/kg. C'est vraiment très abordable.

  43. La soit disant ARME que tu dis imprimable en 3D n'est en réalité que le "lower" d'un ar15
    C'est juste une pièce, en quelque sorte le chassie du fusil
    Impossible de l'utiliser telle quel sans culasse chien ressort, canon, enfin bref, tout ce qui est en métal et qui est réglementé et qui sonne aux portiques.
    De plus les versions imprimés en 3D n'ont une durée de vie TRES limités, on parle de moins d'un chargeur avant que ca casse
    Merci de se renseigner avant de balancer de la merde merci

  44. Je bosse dans un shop d'impression 3D et effectivement les déchets visibles sont impressionnants. Cependant, ce n'est rien, rien rien par rapport à un objet produit en grande série. En effet, il faut compter le transport, les rejets, la surproduction, les machines construites seulement pour un seul objet etc etc etc. Nos objets de plastique du quotidien produisent beaucoup plus de déchets que leur propre volume de polymères et leur chaîne de production et de vente est un immense gouffre à matière premières.

  45. l'argument déchet ne tient pas du tout la route. En effet les objets en plastique ne sont pas produits par enlèvement de matière, cette matière n'est pas adaptée à ça. C'est un argument qui ne marche que pour le bois ou le métal. ça serait bien de se renseigner sur les processus industriels avant de balancer des clichés à 2 balles sur les procédés de fabrication.
    Par contre produire par impression 3D des objets en plastique, cela ne va-t-il pas augmenter la quantité de déchets ? que fait on de ces objets qu'on a imprimé une fois qu'on en a plus l'usage ?

  46. En ayant plusieurs imprimantes 3D de deux types de technologie différente (FDM, SLA), il faut préciser que chacune a son type d'utilisation propre et ses contraintes. On ne fait pas la même chose avec une FDM qu'avec une SLA. Mais globalement, le plus gros problème à mon sens et à l'heure actuelle, c'est le temps d'impression. J'ai envie de dire que c'est ce qui évolue le moins vite dans ce monde de l'impression 3D. (je ne dis pas que cela n'évolue pas ;-))

  47. Salut, 1% de révolutionnaire pour 99% de gadget. Ne nous fais pas croire que TOUT ce que tu as imprimé à le même impact qu'une prothèse. Quand on voit le taux d'échec de la plupart des imprimante (déchets) et surtout le non intérêt de tout ce qui est imprimé (bloc porte). Point de vue très partisan donc totalement discutable. Dommage
    Tiens, quelqu'un qui n'a pas le même point de vue que toi https://www.youtube.com/watch?v=kbvrmybUjaI

  48. J'ai une impressionnante 3d depuis plus d'un ans et je trouve cette technologie trop cool, sa permet aussi bien de fair de objet décoratif, des pièces de rechange pour un appareil cassé ou à fair des diy😀. Quand je l'ai acheté beaucoup de personnes m'ont dit que ça finirait dans un placard, un ans plus tard elle tourne encore plus que les premiers mois. Sinon super video mais trop court car ça ne parles pas de tout les aspects de l'impression 3d

  49. Vidéo très intéressante que je viens de découvrir,
    je travaille quotidiennement avec des imprimantes 3D dans un contexte d'aide à la personne et rééducation en hôpital ( https://www.youtube.com/watch?v=sGYUHrCmT3k&feature=youtu.be pour les preuves, et une vidéo d'une conférence au BGF 2019 en cours de montage http://www.cap-sciences.net/au-programme/evenement/127-bordeaux-geek-festival-2019 )

    on fabrique donc des pièces qui sont utiles aux ergothérapeutes et autres professionnels (jetons perdus, "jeux" de rééducation genre tour de Londres, tubes refermables de différentes tailles…)
    mais aussi et surtout des aides techniques pour les patients eux-même (fourche pour remplacer le joystick du fauteuil roulant pour les plus atteins, support pour smartphone/tablettes plus stables, crochets d'aide à l’auto sondage pour les hémiplégiques…) sachant qu'avant ces pièces étaient fabriqués en matière thermoformable, mais c'était moche, cassant, dangereux à fabriquer et en une seule couleur, alors qu'avec du plastique les contraintes sont moindres et les modifications faciles à apporter
    malheureusement nous ne pouvons pas fabriquer de prothèses temporaires qui aideraient à débuter une rééducation bien plus tôt en attendant la fabrication de la prothèse finale pour des raisons juridiques mais on s'est penché sur la question et ce serais réalisable
    sans compter des projets annexes non moins intéressants (masque pour le carnaval de bordeaux 2018 et 2019, création de représentation 3D d'un carrefour modulable afin de pouvoir les représenter aux non/mal voyants par le toucher…)

    l'impression 3D a un grand avenir à jouer dans ce secteur, et on utilise des imprimantes basiques avec du PLA, mais le plus gros problème que j'ai rencontré est la maintenance absolument colossale que demandent nos 5 machines qui tournent quasi en permanence et, à mon avis, c'est le plus grand frein à l'implantation à grande échelle, car cela demande au moins une personne dédiée qui doit surveiller en permanence les machines et doit les connaitre par cœur afin de pouvoir réagir et corriger les problèmes quand elles se présentent (et y en a des cas de figures…)

  50. Dans l'idéal il faudrait couplé l'imprimante avec un scanner 3D pour recopier directement et rapidement une pièce casser réparer/recoller grossièrement !

  51. Explications très intéressantes, pour plus d'info fait des recherches sur l'entreprise Tobeca. Imprimante 3d portable, et création d'imprimante avec des dimensions de plateau de 1m x 1m… Si cela t'intéresse.

  52. Enlèvement de matière je veux bien, mais je préfère recycler du bois enlevé pour faire une maquette/un prototype que du plastique issu du pétrole d'impressions 3D. Sujet : que puis-je faire en impression 3D plastique que je ne pourrais pas faire en bois par fabrication soustractive/assemblage ?

  53. Quand je pense par exemple à "l'euphorie" qu'avait provoqué l'acquisition d'un Amstrad 486 doté du processeur Z80 cadencé à 4Mgh ou d'un Amiga 500 un peu plus performant au milieu des annés 80, et que je constate par comparaison les performances actuelles des ordinateurs …Wow! Je me dit juste que les performances des imprimentes 3D sont pour l'instant aussi (comme cela avait été le cas pour les ordinateurs) encore très loins de leurs apogé. En effet Le Vortex! C'est bel et bien une nouvelle révolution! Comme ce fut pour le cas pour les ordinateurs, dans le temps et en douceur…

  54. Me suis enfin pris une imprimante 3d, une anycubic photon pour moins de 400 euros…ça va me servir à me faire mes propres figurines miniatures, c'est une tuerie pour tout roliste ayant été frustré par le prix du soldat de plomb en 90, maintenant le rêve devient réalité, on ne depend plus des excellents sculpteurs de GW, on peut soi même créer ses propres orcs pour ses parties de dungeon crawling…c'est ma petite révolution, bonne impression tlm !!!

  55. Bon, les imprimantes 3d à extrusion c'est vraiment de la merde, sinon les vraies imprimantes 3d (SLS avec poudre métallique) ça existe depuis bien plus longtemps ^^

  56. Bonjour,

    Ne pensez vous pas qu'il serait possible de réutiliser les chutes de plastique loupé en les broyant et en les refondant ?

    Cordialement

    jf

  57. Super sympa ! Je suis de l'avis des gens qui aimeraient des vidéos un peu plus longues et plus détaillées ! C'est super intéressant, j'aimerais en savoir plus directement sur cette chaîne géniale ! 😀

  58. Hummm, le propos devrait être bien plus nuancé sur la qualité écologique de l'imprimante 3d. Je m'interroge sur l'intérêt de l'avoir chez soi ? En fait on vraiment un usage si quotidien ? Une "révolution" vraiment écologique et social serait la mise en commun de l'outil via des ateliers partagés comme les Fab Labs. Je n'ai aucun doute de la pertinence de l'outil mais quand on en voit la majorité des usages des particuliers pour l'instant ça sert surtout à imprimer des gadgets, ce qui, finalement, génère plus de déchets et se cumule à la conso électrique par foyer. Cet outil devrait être mutualisé et s'inscrire dans un rapport à la consommation différent. J'ai assez peu d'espoir sur l'utilisation par les particuliers. Un bloc porte par exemple ça peut se tailler dans une chute de bois ou avec un bout de chambre à air. Quel intérêt de le concevoir en plastique ? Limiter les déchets c'est avant tout éviter d'en faire.
    L'imprimante 3d à atterri dans une société d'abondance avec la mentalité qui va avec… Qui a vraiment besoin d'une imprimante 3d à la maison ? Nous empilons les outils numériques par foyer, on parle de réduire les déchets mais on a déjà du mal à limiter la croisance. Je me dis que l'avantage des pays plus pauvre est que cela reste pour l'instant un outil mutualisé.
    Réflexion à poursuive, n'hésitez pas à répondre !

  59. Je suis maquettiste , et l'imprimante 3D c'est devenue un usage quotidien dans notre profession.
    En plus de travailler à notre place et de nous laisser plus de temps pour des taches de finition, cette machine réalise des volumes impossibles à faire avec des machines conventionnelles… Même en fraisage numérique 5 axes ! Si l'usage fait par Mr tout le monde reste assez proche du gadget, l'usage professionnel à bouleverser les temps de réalisation, les marnières de produire de la pièce ultra spécifique et repousser très loin les possibilité d'usinage. Donc le terme de révolution est vraiment approprié.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *